Que sont les actions et les obligations ?

Les actions sont un élément de la propriété d’une société, mais peuvent-elles vous permettre de sortir de son bureau avec une chaise ?

Vous avez probablement tous entendu parler des actions et de la façon dont elles sont assimilables à la propriété d’une partie d’une société. Si c’est vrai, vous devriez être autorisé à faire irruption dans le bureau d’une société et à en sortir avec des bureaux et des étagères dès que vous avez acheté l’action, n’est-ce pas ?

Pas vraiment. C’est parce que « posséder une partie de l’entreprise » est à la fois vrai et faux. Ce qui est trompeur, c’est que la loi traite la société ou l’entreprise comme une entité distincte ou comme sa propre personne qui possède des biens distincts de ceux des actionnaires. Cela limite leur exposition dans le cas d’une société qui fait faillite.

Ainsi, malheureusement, vous ne pouvez pas sortir du bureau avec une chaise si vous êtes actionnaire, mais

Lorsque vous achetez une action, vous achetez chaque année une partie des bénéfices de l’entreprise. Si l’entreprise verse des dividendes sur ses bénéfices, vous obtenez une part de ceux-ci.

La plupart des entreprises ne versent pas de dividendes, mais préfèrent garder tous les bénéfices et les réinvestir dans l’entreprise. Mais vous y gagnez quand même, car cela signifie des bénéfices plus élevés pour l’année suivante, ce qui se traduit par une hausse du prix de l’action. Vous pouvez alors vendre l’action si vous voulez faire des bénéfices.

Vous avez peut-être déjà commencé à réfléchir : D’accord, l’achat d’actions et de parts a donc de la valeur, mais qu’en est-il de la gestion ? Comment puis-je influencer personnellement l’entreprise afin de contrôler la direction dans laquelle le prix de mon investissement va se diriger ?

Eh bien, le fait de posséder des actions vous donne un droit de vote aux assemblées des actionnaires. Et si vous possédez la majorité des actions, vous pouvez nommer le conseil d’administration. Leur travail consiste à augmenter la valeur de la société.

Un point essentiel à cet égard est la manière dont vous achetez des actions, soit lors de l’introduction en bourse, soit auprès d’un autre actionnaire sur le marché secondaire. Lorsqu’une société émet des actions, elle le fait en échange de liquidités qui servent à la croissance de l’entreprise. L’émission d’actions est donc comme un endettement pour les entreprises.

Attendez, quelle est la différence entre un emprunt et une émission d’actions ? Eh bien, il y a une différence substantielle entre les actions et les obligations. Un actionnaire n’est pas un créancier. Si une entreprise fait faillite et commence à être liquidée, ses créanciers reçoivent leur argent de la vente des actifs de l’entreprise en premier et en priorité. Les actionnaires sont dédommagés avec ce qui reste.

Si la société ne fait pas faillite, le rendement de l’actionnaire est simplement l’intérêt de l’obligation, qui est fixé dans le temps. D’autre part, le rendement d’une action peut être illimité en théorie, car les bénéfices d’une entreprise peuvent être aussi élevés que ce qu’elle réalise.

Jusqu’à présent, l’histoire a été du côté des actions. La moyenne des actions est de 8 à 10 % au cours des derniers milliards d’années, tandis que les obligations ne représentent que 5 à 7 %.

Comment créer de la richesse en achetant des actions ?

On peut les répartir en trois catégories différentes

  • Recevoir un revenu de vos actions sous forme de dividendes, comme expliqué ci-dessus : certaines entreprises peuvent ne pas offrir de dividendes, mais les plus grandes entreprises du monde le font souvent parce que le bénéfice est trop important pour être simplement réinvesti dans l’entreprise, donc cet argent est versé aux actionnaires sous forme de dividendes.
  • Pour espérer une croissance de l’entreprise et de la valeur de vos actions et les vendre ensuite pour réaliser un bénéfice.
  • Une combinaison de ces éléments est connue sous le nom d’action équilibrée.

Est-il risqué d’acheter des actions et des obligations ?

Investir dans des actions vous offre un choix, vous avez différents niveaux d’actions qui peuvent être soit moins risqués, soit plus risqués selon ce que vous choisissez. Par exemple, les actions cotées sur l’AIM (anciennement l’Alternative Investment Market) sont des sociétés plus petites et moins viables qui émettent des actions avec un système réglementaire plus souple qui s’applique au marché principal. Ces actions ont tendance à être considérées comme plus risquées, mais si vous parvenez à faire les choses correctement et que vous pouvez voir les bénéfices s’envoler, par exemple si vous avez investi dans ASOS plc lors de sa cotation en 2002, vous aurez constaté une augmentation de 2 9000% !

Si vous avez aimé lire cet article , merci de lui donner un équivalent et de le partager avec tous ceux qui, selon vous, pourraient également être intéressés.

Découvrez également :